Harcèlement de rue: «La première fois, j’avais sept ans»

Depuis lundi 3 avril, c’est la semaine de lutte contre le harcèlement de rue. Sur Twitter, de nombreuses femmes ont évoqué le harcèlement sexiste qu’elles ont pu subir, dans la rue ou les transports en commun, avec le hashtag #StopHDR, pour «stop harcèlement de rue». Nous avons demandé à des internautes qui ont utilisé ce hashtag de nous raconter un exemple du harcèlement de rue qu’elles ont pu subir. Certains cas relèvent même manifestement de l’agression sexuelle. Voici leurs témoignages.

Aleskia, 36 ans: «Je faisais du vélo, un homme m’a dit qu’il voudrait être à la place de la selle»

«J’avais 20 ans cette fois-là, je faisais du vélo. Un homme en scooter m’a dépassée et il a commencé à donner des coups de langue, comme s’il léchait quelque chose. Au feu, il m’a dit: “j’aimerais bien être à la place de la selle”. Ensuite, il a à nouveau ralenti, il m’a coupé la route, il a zigzagué autour de moi.

Et puis il est juste parti comme ça. J’ai eu peur car il m’a coupé la voie il avait une conduite erratique. Je me suis sentie seule, je ne savais pas quoi faire.

C’est un exemple parmi d’autres. J’ai été confrontée à plusieurs reprises au harcèlement de rue. Ma première fois, j’avais sept ans. Je suis arrivée devant l’école avant l’heure, et un homme a passé ses mains sous ma robe. Si j’ai tweeté sur le sujet, c’est pour bien dire que tout ça n’est pas normal. Il faut qu’on arrête de penser que ce n’est pas grave.»

Maïlys, 32 ans: «Un homme s’est approché de moi et a mis sa main entre mes cuisses»

«J’avais une vingtaine d’années et je me promenais avec ma mère en discutant, sur les quais de Seine, à Paris. Un homme s’est approché de moi et a mis sa main entre mes cuisses en appuyant super fort. Je suis restée bloquée sur place. Ma mère a continué d’avancer car elle n’avait rien vu. Quand elle s’est retournée, le mec est parti 200 mètres plus loin. Il a continué à me regarder pendant que je racontais en pleurant ce qu’il s’était passé à ma mère.
Comme deux policiers passaient dans le coin, ma mère les a attrapés et là le mec est parti en courant. Les policiers étaient sympas; ils m’ont proposé de porter plainte mais j’avais juste envie de rentrer chez moi prendre une douche.»

Eve, 20 ans: «Le mec a commencé à se branler devant moi dans un RER»

You may also like...